« D.D….sur le pont des A » et « Fil à fil », deux pièces de danse contemporaine pour danseurs seniors, vendredi 29 et samedi 30 avril à Blois, Maison de Bégon

Classé dans : Nos actualités | 3
 D.D… sur le pont des A »
Que se passe-t-il quand les émotions enfouies se mettent à danser ? Lorsqu’on laisse libre cours à l’imaginaire pour retrouver peut-être quelque-chose de l’enfance ou de la jeunesse sous les strates accumulées par la vie ? Derrière chaque geste anodin, répété, quotidien, les danseurs révèlent le plus intime d’eux-mêmes. Comme dans un jeu de dés, les mouvements surgissent au hasard des situations.
 « Fil à fil »
Se dessiner un chemin, le suivre. Tirer les fils, les accrocher à l’autre. Et d’un fil à l’autre les chemins se croisent, les fils se mêlent, se démêlent et s’entremêlent.

Deux pièces de danse contemporaines pour danseurs seniors. Chorégraphies de Simon Choplain et de Françoise Durand-Marnier. Vendredi 29 avril à 19 heures et samedi 30  à 20 heures. Maison de Bégon, rue Pierre et Marie Curie à Blois. Entrée 8 €, gratuit -10 ans. Un verre de l’amitié sera offert à l’issue du spectacle.  En raison du nombre limité de places (110 spectateurs par soirée ), la réservation est  recommandée.

 

3 Responses

  1. Olivier

    Un titre chaussette…
    D.D, est-ce en référence à la chaussette Doré-Doré, au jeu de dés, des dés, le diminutif d’André ? Mais que viendrait faire un André dans la danse ? Et le pont des A ? Le pont des Arts, sur le pont des artistes, « A » comme Auteur ? et « Fil à fil », c’est en lien avec le coton de la chaussette D.D. ou avec le fil de la pensée ? Il y a du hasard et du bizarre dans tout ça ! C’est du codé ? Faut-il attendre jusqu’au 29 avril pour savoir ce que tous ces titres vont dévoiler ?

  2. La Mecanique du Bonheur

    Un drôle de nom ce « D.D…sur le pont des A » et « fil à fil »…
    c’est pas du côté codé pour initié, non, c’est plutôt vers Boris Vian qu’il faut se diriger. Je ne suis pas danseur, donc je ne suis pas dans le secret des répétitions. Une piste : la photo du flyer. On y voit une forge et ce nom « La Mécanique du bonheur ». Ils ne fabriquent pas des chaussettes les seniors. J’imagine que c’est un voyage dans la salle des machines de La Mécanique. On distingue les mécanos, leurs ombres surtout, en plein turbin. Je les imagine suant sang et eau, fabriquant du bonheur et il en faut, il en faut du bonheur pour tout le monde, y a du manque, y a de la demande ! Donc ça bosse. On distingue même l’ombre de Dédé, Dédé debout, qui pond des A. C’est sa spécialité à Dédé : les A, de père en fils et de fil à fil…
    Et voilà, tout devient clair pour moi : on va assister dans ce spectacle, à la fabrique de petits bonheurs.
    On parie ?

  3. La Mecanique du Bonheur

    Vous avez vu le spectacle ?
    Alors, vos impressions, ce que vous avez aimé, moins aimé, pas du tout, à la folie…ne pas hésiter à nous laisser votre commentaire sincère.
    Partager, c’est important !
    Rol.Gui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.