En avril,  quatre événements de La Mécanique à ne pas manquer

En avril, quatre événements de La Mécanique à ne pas manquer

Classé dans : Nos actualités | 0

Un mois exceptionnel qui  réjouira tous ceux qui s’intéressent à la danse contemporaine et aux activités de La Mécanique du bonheur. Comme le dit le proverbe paysan « Avril et mai sont les clés de l’année ». Vous trouverez bien deux ou trois dates à votre convenance sur les cinq que nous vous proposons dans le cadre de « Danse en amateur et répertoire » avec le soutien du Centre national de la danse (CND), du Département de Loir-et-Cher et en partenariat avec les bibliothèques et le conservatoire d’Agglopolys, la ville de Blois, le CCNT, La Poétique des signes, le cinéma Les Lobis, La Halle aux grains, La Maison de Bégon.

1. Une exposition à la Bibliothèque  Abbé Grégoire

« La danse contemporaine en questions »

 

  • Du 06 avril au 26 mai 2018 ( au 4-6, place Jean-Jaurès à Blois )

Qu’est-ce que la « danse contemporaine » ? Depuis quarante ans, ce terme désigne une multitude de créations et d’approches chorégraphiques ; entre Blois, Vendôme, Orléans et Tours, plus de soixante spectacles ont été présentés cette année. Derrière la diversité et le foisonnement des formes, quelles sont les lignes de force du paysage de la danse contemporaine ? L’exposition propose d’explorer des notions clés et de découvrir des artistes chorégraphiques de la scène contemporaine française.

Des panneaux réalisés par le Centre National de Danse examinent la thématique à travers neuf questions. Ils sont complétés par des documents locaux (photographies, vidéos, carnets de croquis, affiches) prêtés par le Centre Chorégraphique National de Tours. L’occasion de découvrir le travail du chorégraphe Thomas Lebrun et l’écriture du mouvement vue par le chorégraphe Raphaël Cottin. La Mécanique du bonheur présente un travail de danse contemporaine avec des seniors du Loir-et-Cher.

Vernissage de l’exposition le vendredi 6 avril à 17h, accompagné d’un temps musical par le Quatuor Arabesques qui interprétera le 2ème mouvement de La jeune fille et la mort de Franz Schubert.

 

 

 

2. Le film « Dans les pas de Trisha Brown » au cinéma Les Lobis, dimanche 8 avril à 18 h.

Ciné Danse autour du long métrage documentaire « Dans les pas de Trisha Brown » de Marie-Hélène Rebois. C’est un très beau film, qui sera projeté pour la première fois à Blois. La projection sera précédée d’une démontration de danse par le collectif de La Mécanique et sera suivi d’une discussion.

Trisha Brown a transformé la danse contemporaine : en défiant la loi de la gravité, elle lui a insufflé une extraordinaire fluidité, un déséquilibre inédit… Sa pièce « Glacial Decoy  » entre au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris. Nous suivons le travail de transmission de Lisa Kraus et Carolyn Lucas auprès des danseuses de l’Opéra. Porté par l’enthousiasme et l‘énergie de Lisa et Carolyn, le film nous immerge dans le mouvement novateur et envoûtant de Trisha Brown.

Les préventes possibles, au Cinema Les Lobis aux horaires des séances ou sur le site www.cap-cine.fr/les-lobis

Tarif Unique : 6,5 euros

 

3. Une conférence le 20 avril à la Médiathèque Maurice Genevoix

« La danse contemporaine en questions, à l’épreuve des pièces de Thomas Lebrun »

Par Suzanne Guichard, enseignante honoraire en danse contemporaine et en histoire de la danse au Conservatoire à rayonnement régional de Tours

Quels corps pour la danse contemporaine ? Le corps n’est plus formaté : tous les corps peuvent danser. Quels mouvements ? Une multiplicité de possibles, du mouvement quotidien au mouvement sophistiqué. Quel spectacle ? Depuis le milieu du XXème siècle, les chorégraphes américains ont remis en cause ses codes : on danse hors des théâtres, sans éclairages, sans costumes, sans musique. Quels liens aux autres arts ? Les chorégraphes collaborent avec des compositeurs, des créateurs lumière, des scénographes, des créateurs de mode, des écrivains, des artistes numériques…

La danse est un art souvent qualifié d’éphémère. Comment transmettre une chorégraphie à d’autres danseurs, comment permettre à des œuvres de durer au-delà de leur représentation ? Ces questions seront abordées à la lumière des créations de Thomas Lebrun, chorégraphe, danseur et directeur du Centre chorégraphique national de Tours (CCNT). Des vidéos d’extraits de chorégraphies illustreront la conférence.

Conférence à 18h30 à la Médiathèque rue Vasco de Gama à Blois.

En partenariat avec les bibliothèques d’Agglopolys en lien avec l’exposition « La danse contemporaine en questions ».

Entrée libre, réservation conseillée

Photo © Frédéric Iovino, Anne-Sophie Lancelin dans La jeune fille et la mort.

 

 

4. Une présentation sur le plateau de la Halle aux grains

à l’occasion du  « Printemps des élèves »

Dans le cadre de l’appel à projet du Centre National de la Danse « Danse en amateur et répertoire », la Mécanique du Bonheur présentera sur le plateau de la HaG, jeudi 17 mai à 19h, un extrait de la pièce La jeune fille et la mort, chorégraphiée par Thomas Lebrun et accueillie par la scène nationale en janvier 2013 au Minotaure de Vendôme.

Pour ce projet, ces douze danseurs amateurs répètent sous la direction de Raphaël Cottin, chorégraphe assistant de Thomas Lebrun. Nous retrouverons Raphaël Cottin la saison prochaine avec C’est une légende.

Entrée libre

 

Laissez un commentaire