Archive : La danse baroque

 L’élaboration de la technique, du vocabulaire. Suprématie du ballet à la française, outil de communication au service de la politique intérieure et extérieure de la cour de France.

 

Au début du XVIIème, la danse baroque, appelée alors « belle danse », est pratiquée assidûment à la cour des Valois, puis des Bourbons. Elle entre dans la composition d’une forme de spectacle apparue à la fin du XVIème siècle, le ballet de cour, outil de communication dont le but est de montrer la puissance du souverain, sa richesse et son raffinement.
Le ballet de cour atteint son apogée au milieu du XVIIème siècle, puis décline pour laisser place à d’autres formes de spectacles. Louis XIV, excellent danseur, fait de cet art un enjeu majeur pour affirmer sa suprématie sur la noblesse ; il demande à son maître à danser de créer une codification et un système d’écriture de la danse (« chorégraphie »). Des partitions sont publiées, traduites en plusieurs langues et circulent dans toute l’Europe. Elles permettent la diffusion du ballet à la française et montrent le raffinement exceptionnel de la cour de France.
Dès son accession au pouvoir en 1661, Louis XIV crée l’Académie Royale de danse qui deviendra par la suite l’Opéra.
À la fin du siècle, la « belle danse » est devenue l’apanage d’une classe de professionnels. La virtuosité s’est considérablement développée et la danse de scène s’est différenciée de la danse de bal. Louis XIV ayant centralisé entre ses mains tous les pouvoirs, le ballet de cour n’avait plus sa raison d’être et de nouvelles formes de spectacles ont pu voir le jour.

Comment cette évolution s’est-elle opérée ? Dans quelles circonstances? Entre la fin du XVIème et le début du XVIIIème siècle, la danse a tenu en France une place très importante, jamais égalée. Comment l’explique-t-on ?
Des images d’époque et des vidéos de reconstitutions de danses illustreront cette conférence.

Conférence animée par Suzanne Guichard, professeur de danse et d’histoire de la danse, et Sophie Gélinier, administratrice de la compagnie de Francine Lancelot, spécialiste de la danse baroque.
En partenariat avec La Mécanique du Bonheur, association de danse contemporaine pour les seniors.

La conférence a eu lieu le 8 janvier 2016, de 18h30 à 20h30 à l’Auditorium de la Médiathèque Maurice Genevoix, rue Vasco de Gama à Blois.

Entrée gratuite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *